Censure du site de la CUAE – Merci au recteur!

Le site de la CUAE a été censuré par le recteur du 6 octobre jusqu’à aujourd’hui, 10 octobre, suite à la publication d’un commentaire satirique sous une identité d’emprunt.

Nous remercions le recteur de nous avoir mené à la lumière et sauvegardé des dangers que nous encourions de part notre comportement inepte.

Après la nomination d’une commission externe chargée de l’élaboration d’un projet de loi sur l’université (voir notre communiqué de presse du 26 juillet), en plein scandale financier (cf. le texte de M. Christian Schiess sur l’autonomie), le nouveau recteur a estimé indispensable de protéger les membres de l’alma mater des « personnes mal-intentionnées » qui tacheraient l’image de l’Université de Genève et de faire comprendre à ces malfaiteurs que toute forme d’expression de leur part sera sévèrement punie… et cela afin de réinstaurer la confiance au sein de l’établissement.

Il s’agit d’une part de démasquer celles qui critiquent les options politiques choisies pour rétablir la sérénité de l’établissement et lui garantir la plus totale autonomie (financière pour s’entendre), et d’autre part de les prévenir si elles ont un comportement immoral vis-à-vis des règles et usages de l’institution et si cela ne suffit pas, ma fois, il faudra bien donner un exemple de fermeté. Il est nécessaire que l’autorité soit respectée, faute de quoi on risquerait la décrédibilisation…

Heureusement pour la CUAE que le recteur lui a consacré tant d’attention pour qu’elle se protège contre les faussaires. Puisque ces pauvres étudiantes sont inconscientes du tort dont elles sont victimes, il faut les prévenir et les raisonner, et si elles persistent dans leur insouciance juvénile, il faut remonter à la source du problème et sortir le « grand jeu » quitte à enfreindre les principes les plus basiques relatifs à la liberté d’expression… confiance oblige !

Une fois le tort effacé, pardon réparé, il n’y a pas de raisons pour empêcher à nouveau aux Harry Potter de la CUAE de reprendre leur routine puisqu’ils ont enfin pu réaliser le grave danger qu’ils couraient. Comme quoi quelques jours de ténèbres virtuelles sont propices à la pénitence.

Le site a été réactivé suite au retrait du commentaire incriminé. Le comité de la CUAE a accepté ce compromis afin de récupérer rapidement l’accès au site internet, en attendant que son droit constitutionnel à s’exprimer librement – tant sur le fond qu’avec la forme que nous estimons appropriée – en l’occurence la satire – soit définitivement reconnu.

Les termes au féminin contenus dans cet article se comprennent, bien entendu, aussi au masculin.